jeudi 22 juillet 2010

Au Bonheur des Zyglutes - critique


Ma critique sur le Grog, note 1/5. En effet celui-ci ne m'a vraiment pas plu...

Autant le premier Miroir, Le cidre de Narhuit, a bien vieilli malgré son charme des années 80, autant ce deuxième miroir voit ses faiblesses originelles s'accentuer avec le temps.
Le scénario est simple, trop simple : les voyageurs sont engagés pour retrouver une sorte d’autruche, une zyglute, qui est l'animal favori d'un seigneur. Un peu de piment est apporté par sa cour qui intrigue contre lui.
Mais, hélas, le cadre de l'aventure, qui passait peut-être à l’époque, est maintenant emblématique de l'heroic fantasy médiocre des années 80 : une ville sans vraie raison d’être, mais avec les caractéristiques de ses gardes et de ses voleurs, des pnjs stéréotypés, une cour avec des habitudes caricaturales (les zyglutiers dans le palais, des femmes nues comme servantes, etc.). Certains des éléments de la ville, comme la justice et les exécutions, sont toutefois originaux et auraient presque pu rendre la ville intéressante.
Le déroulement de l'aventure elle-même est aussi bien faible : les joueurs sont conduits directement par des gardes à une déchirure de rêve où ils passent dans un rêve parallèle.
Ils arrivent dans les souterrains du palais même du seigneur aux zyglutes, mais ici, au lieu d’élever celles-ci, on les cuisine. Les joueurs déambuleront à travers ce palais alternatif qui n'a pas plus de charme que l'autre et où ils rencontreront les mêmes pnj bien que différents dans cette autre réalité. Pour retrouver la zyglute, ou au moins son bracelet, ils devront déambuler et explorer ce palais alternatif. Au final pas beaucoup de piment, de surprise ou d'intérêt dans cette aventure des années 80.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire